Le surgraissage

Le surgraissage est une partie très importante de la fabrication de savon, car c’est ce qui va permettre d’obtenir un savon doux pour la peau. Il faut surgraisser ses savons quelque soit la technique utilisée, mais le résultat ne sera pas le même si vous utilisez la saponification à froid, la méthode au chaudron ou les savons de refonte.

Qu’est-ce que le surgraissage?

Pour comprendre ce qu’est le surgraissage, il faut d’abord comprendre en quoi consiste la saponification : c’est une réaction chimique entre un corps gras (les huiles et beurres) et un alcalis (la soude caustique par exemple). Pendant la saponification, l’huile et la soude sont détruits (les molécules sont réorganisées) pour former deux nouveaux composés : le savon et la glycérine. La réaction chimique se produit jusqu’à épuisement de l’un ou l’autre des ingrédients. C’est à dire que lorsqu’un ingrédient a été totalement saponifié, qu’on ne trouve plus de ses molécules dans le mélange, alors la saponification s’arrête. Si l’huile est épuisée en premier, il reste de la soude ce qui donne un savon caustique. Si la soude est épuisée en premier, il reste de l’huile, ce qui donne un savon surgras.

L’indice de saponification

chevreul
Michel-Eugène Chevreul

L’indice de saponification a été découvert par Michel-Eugène Chevreul. Retenez bien ce nom car c’est notre père à tous. L’indice de saponification est un nombre qui indique la quantité nécessaire de soude pour saponifier 1g d’huile. Par exemple l’indice de saponification KOH de l’huile d’olive est de 0,190g de soude pour 1g d’huile d’huile d’olive. La quantité de soude à mettre dans son savon varie donc en fonction de la recette utilisée. Ainsi, le pourcentage de surgraissage de votre savon ne sera pas le même si dans une même recette, vous ajoutez à la trace 10g d’huile d’olive ou 10g d’huile de colza. Il faut donc calculer précisément votre surgraissage pour chaque recette.

Comment calculer le surgraissage?

Pour calculer le surgraissage, c’est assez simple finalement, il vous suffit d’élaborer votre recette, puis de choisir dans le calculateur le pourcentage de surgraissage que vous souhaitez appliquer, le calculateur fera le boulot pour vous. Si vous souhaitez calculer votre surgraissage à la main, vous pouvez lire ma page Calculer la soude à la main, qui vous expliquera comment faire. C’est un peu fastidieux au début, mais avec l’habitude, cela vient vite.

surgraissage hexabulles
Le surgraissage chez Hexabulles
surgraissage soap calc
Le surgraissage chez Soap Calc
Le surgraissage chez The Sage
Le surgraissage chez The Sage
surgraissage mendrulandia
Le surgraissage chez Mendrulandia

Attention, je sais que j’insiste lourdement, mais pour avoir un surgraissage précis, vous devez absolument le calculer en tenant compte de l’indice de saponification. La technique du surgraissage à la trace ne fonctionne pas. Par exemple, vous lirez sur le web que des personnes calculent leur recette avec un surgraissage de départ de 1% puis rajoutent 9% d’huile à la trace pour un surgraissage final de 10%. Cette technique n’est absolument pas précise.

Par exemple, vous voulez faire un savon coco 30%, palme 20% olive 50% et ajouter 10% d’huile à la trace. Pour un batch de 500g vous devez ajouter 50g. Pour un même poids de soude, vous obtenez un surgraissage à 10% avec du beurre de karité et un surgraissage à 7% avec l’huile de macadamia. Donc encore une fois, calculez bien votre surgraissage!

Quand surgraisser?

Surgraisser avant de mettre la soude

C’est la technique que je vous conseille : surgraissez directement dans les huiles, ne vous embêtez pas avec le surgraissage à la trace. Certaines personnes pensent que surgraisser à la trace va permettre de garder l’huile ajoutée à la trace non-saponifée. Je pense très sincèrement que c’est une légende urbaine. Et combien de fois j’ai entendu « j’ai oublié mon surgraissage :cry:  »

Surgraisser à la trace

Si malgré mes conseils vous souhaitez surgraisser à la trace, entrez complètement votre recette dans le calculateur (dans mon exemple précédent coco 150g, palme 100g, olive 250g et beurre de karité 50g), indiquez le surgraissage et ajoutez le beurre de karité à la trace. Mais entrez bien votre surgraissage dans le calculateur, c’est très important.

La méthode au chaudron

Si vous souhaitez garder une huile non-saponifiée en particulier, je vous conseille d’utiliser la méthode au chaudron. En effet dans cette méthode, on confectionne la pâte à savon que l’on met ensuite à chauffer pour accélérer la saponification, qui se déroule alors en quelques heures (le temps varie en fonction de la quantité de pâte à savon). Une fois la saponification achevée, on peut ajouter l’huile de surgraissage qui ne sera donc pas saponifiée, puisque la saponification est terminée.

Les savons de refonte

Il en va de même pour la technique de la refonte. La technique de la refonte consiste à prendre un savon achevé (donc là encore la saponification est terminée), de le refondre dans un peu d’eau et de lui ajouter différents ingrédients. A ce moment là, si vous ajoutez une huile, cette huile ne sera pas saponifiée et vous aurez donc ses propriétés dans votre savon.

Quel pourcentage de surgraissage choisir?

En général on surgraisse entre 3% et 12%. Personnellement je conseille de rester dans la fourchette 3% – 8%, ce qui donne des savons moins gras, moins poisseux, moins gluglu. Ce n’est pas parce que le surgraissage est plus important que le savon est plus doux ou meilleur. Entre 0% et 8% on a certes une amélioration, mais au delà la différence ne se ressent plus.

Cependant, pour certains savon il faut faire varier le surgraissage : par exemple pour compenser l’aspect desséchant et dur du savon 100% coco, il faut le surgraisser au minimum à 20%, sachant que vous pouvez monter jusqu’à 50%. Pour un savon de ménage 1% suffit, de même que pour un savon-shampooing, le surgraissage ne doit pas dépasser 3% (en fonction du type de cheveux).

illustration savon bonbon
Savon 100% coco

Il ne vous reste plus qu’à faire vos propres tests pour savoir ce qui vous convient le mieux!

 

18 réflexions au sujet de « Le surgraissage »

  1. Comme je l’ai déjà écrit, j’ai commencé à « savonner » avec AROMA ZONE et pour mes deux premières recettes je ne me suis servie que de leur tableau.

    Par la suite, je me suis servie des calculateurs « Lye Calculator » et « Soap Calc » en complément du premier pour plus de sécurité quant aux calculs.
    Et à présent je mes sers des trois précédents ainsi que de « Mendrulandia » et « Hexabulles ».

    J’étais décontenancée par le fait qu’il y avait parfois une différence significative entre le premier et les quatre autres calculateurs.

    Après vos remarques , Gielle et Estellka, sur ma manière d’ajouter mes huiles à la trace, j’ai comparé le fonctionnement de chaque calculateur et j’en ai déduis que :

    *avec le calculateur AROMA ZONE il ne faut pas entrer dans le tableau les huiles du surgraissage, je site :
    « Nous vous proposons ici un calculateur qui vous aidera à déterminer la quantité de soude à utiliser. Vous pourrez choisir la « réduction de soude » et le « surgraissage additionnel » désirés, tout en tenant compte de nos recommandations : Entrez toutes les huiles de votre mélange de base dans le calculateur. Le calculateur fournit une feuille de résultats, qui comprendra un tableau indiquant les quantités de soude calculées avec des « réductions » de 1 à 12%.
    Les huiles de surgraissage additionnel ne doivent pas être entrées dans le tableau du calculateur lors du calcul de la soude. Par contre, vous pouvez entrer le pourcentage de surgraissage additionnel désiré dans la case prévue à cet effet. La feuille de résultats vous donnera le poids d’huile (ou beurre fondu) en grammes, à ajouter au moment de la « trace » pour obtenir ce pourcentage de surgraissage additionnel ».

    *avec les quatre autres calculateurs, il faut entrer dans les tableaux toutes les huiles que l’on va employer.

    Si l’on fait l’expérience, il n’y a plus de différence significative entre AROMA ZONE et les autres calculateurs.

    D’autre part, je trouve personnellement que si l’on ajoute les huiles de surgraissage mélangées aux divers ingrédients, et surtout si il y a des argiles et des farines, la trace vient trop vite car on alterne mixer et maryse, alors qu’en les ajoutant à la trace, et en ne se servant plus du mixer mais que de la maryse ou d’un fouet à main, la pâte obtenue « prend » moins vite et laisse plus de temps pour la mise en moule et autre marbrage, mais cela n’engage que moi avec ma très courte expérience …

    1. Alors déjà je te remercie de ton commentaire qui apporte quelques informations supplémentaires très intéressantes.

      Pour le calculateur d’aroma-zone, je l’ai délaissé depuis longtemps car je ne le trouvais vraiment pas pratique d’utilisation, et à mon époque, il n’y avait pas cette option « surgraissage à la trace ». ça aurait pu être une bonne amélioration mais malheureusement ils ne tiennent pas compte de l’indice de saponification comme je l’ai indiqué plus haut, et personnellement je trouve ça très embêtant, donc je conseille vivement de ne pas utiliser cette option, et de procéder comme je l’ai expliqué dans ma page.

      et ensuite pour ta dernière remarque, je pense que nous nous sommes mal comprises. ce que je conseille, c’est de mettre les ajouts dans les huiles, de bien homogénéiser le tout avec le mixeur, et de mettre la soude une fois que tout est bien mélangé. de cette manière tu peux te servir uniquement de la maryse sans problème, c’est ce que je fais. alors que si tu mets à la trace, là tu es obligée de bien mixer pour bien mélanger et c’est là que la trace arrive plus vite.

      1. Désormais je procède comme tu le préconise car tu as bien plus d’expérience que moi en la matière et c’est bien pour apprendre de vous tous que j’ai poussé la porte … Et peut-être un jour pouvoir moi-même donner quelques conseils !
        Merci Estellka.

      2. On a tous quelque chose à apporter aux autres ;-) merci à toi de donner ton avis, partager tes créations et faire vivre le forum!

  2. Bjr, je viens de finir mon savon et me rends compte que j’ai oublié le surgraissage… On me dit qu’il va être caustique et que je dois le refondre… Qu’en pensez vous ? Si je le refonds je le fais maintenant ou j’attends la fin de la cure. Et si je refonds est ce que je rajoute de l’huile ? Merci de votre réponse

    1. Bonjour et merci de votre confinace. Je ne peux rien vous dire si je n’ai pas votre recette. aviez-vous prévu un surgraissage initial? comment avez-vous calculé votre surgraissage? bien évidemment vous pouvez refondre et rejouter de l’huile mais ce n’est peut-être pas nécessaire. De plus je ne suis pas sûre que cette technique fonctionne. Donnez moi votre recette et je vous dirai comment procéder.

      1. J’utilse 14l huile de palme ,soude czustique2kg ,eau 4l ,bicarbonate de sodium 200g, Nacl sature 800ml.surgraissage zero
        Resultat: savon dure et pas assez de mousse .cela fait que mon produit soit d’usage domestique au lieu de le vendre.que faire pour que j’arrive a la comercialisation de mes produits?

      2. La commercialisation de savons faits à la main est un parcours très compliqué. Personnellement, je suis savonnière amatrice, et je ne peux pas vous aider pour la commercialisation. Un conseil peut-être: avant de vous alncer dans un tel projet, il serait peut-être judicieu d’apprendre à faire des savons.

  3. Estelka, question bete… : les huiles essentielles sont elles à compter dans la recette?… car cela doit changer la quantité de soude??je ne l ai encore pas fait et j ajoutais à la trace une 10Aine de gouttes d HE…. J utilise mms qui ne propose pas le calcul avec les HE

  4. Bonjour,
    Merci pour toutes ces informations concernant le surgraissage.
    Effectivement les avis sont très différents d’un site à un autre
    J’ai réalisé 2 savons avec un surgraissage à la base 0 % puis surgraissage à la trace 8%.
    C’est relativement stressant car il ne faut pas oublier.
    Si, je reviens à vos explications, ci-dessus, vous préconisez de rentrer dans le calculateur toutes les huiles en saponification. Donc, si je souhaite mettre de l’huile d’argan ou rose musquée, est-ce-que ces huiles garderont bien toutes leur propriété du fait qu’il n’y ai pas de sur graissage à la trace.
    Merci pour votre aide
    Bonne journée

    1. Bonjour et merci de votre passage sur mon blog! A mon avis ces huiles ne gardent pas leur propriétés dans un savon, quelque soit le moement où vous les ajoutez. Si vous voulez garder leurs propriétés, faites-vous une crème.

  5. Juste un petit pour apporter une précision sur le taux de sur graissage

    Pour calculer la quantité de soude on utilise des valeurs » standards »d’indice de saponification issues de tableaux que l’on trouve sur des sites/blogs ou dans les calculateurs.

    Je ne sais pas bien d’où proviennent ces valeurs « standards » (un de vous a peut être l’info ?). Ces valeurs sont probablement des valeurs moyennes ou médianes ou bien une valeur d’une huile particuliére vendue sur le site qui propose le calculateur.

    Or pour une huile/graisse donnée (ex : d’olive), l’indice réel varie suivant la composition exacte de l’huile ou du beurre. La composition dépend de nombreux paramètres : l’espèce , le lieu de production, période de récolte…

    A défaut de déterminer l’indice de saponification réel des huiles que l’on utilise (ce n’est pas compliqué mais il faut un peu de matériel de chimie), il me semble important de surgraisser (au moins à 4-5%) à cause de la variabilité de l’indice que l’on ne maitrise pas, afin d’être sûr que même dans un cas défavorable (=indice plus faible que celui du calculateur) , on n’obtient pas un savon caustique.

    Ex : pour un savon 100% huile d’olive.
    Si on suppose que l’indice (KOH) varie de 184 à 196.
    Si on calcule avec l’indice standard des calculateur 190 (soit 135 en indice Na Oh), et que l’on réalise un savon surgraissé à 5% selon le calculateur, le surgraissage réel sera en réalité compris entre 2% et 8% (suivant la véritable valeur de l’indice).

  6. Bonjour,

    Le surgraissage est très bien expliqué , l’ article très clair et on apprend pleins de choses. Je me permets juste une remarque sur l’indice de saponification car il me semble qu’il y a une petite erreur :

    En dessous de la photo de CHEVREUL , il est écrit « Par exemple l’indice de saponification KOH de l’huile d’olive est de 0,190g de soude pour 1g d’huile d’huile d’olive »

    Il me semble que ce n’est pas tout à fait exacte puisque l’on associe l’indice KOH et la soude (NaOh) !!

    Ne faudrait-il pas mieux écrire :

    « Par exemple l’indice de saponification KOH de l’huile d’olive est de 0,190g de POTASSE pour 1g d’huile d’huile d’olive »

    ou

    « Par exemple l’indice de saponification NaOH de l’huile d’olive est de 0,135g de soude pour 1g d’huile d’huile d’olive »

    ou un mixte

    « Par exemple l’indice de saponification KOH de l’huile d’olive est de 0,190 et l’indice NaOH de l’huile d’olive est 0.135. 0.190g de potasse (KOH) ou 0.135 g de soude (NaOH) sont nécessaires pour saponifier complètement 1g d’huile d’olive »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
:red: 
:blink: 
:roll: 
:shock 
:mrgreen: 
:sourire: 
:rire: 
:na: 
:langue: 
:arrow: 
:idea: 
:coeur: 
:eek: 
:suspect: 
:voyons: 
:toctoc: 
:smoke: 
:burp: 
:kiss: 
:cheers: 
:dead: 
:old: 
:pan: 
:fouet: 
:fusil: 
:boulet: 
:fumivert: 
:merci: 
mdr 
:vivemoi: