Archives du mot-clé colza

Elixir

Voici un savon raté qui est bien retombé sur ses pattes. Initialement j’avais prévu un marbrage au cintre, mais comme j’ai eu une trace éclaire, j’ai été obligée d’improviser… J’ai donc moulé les deux pâtes l’une sur l’autre à la truelle, mélangé grossièrement à la petite maryse et texturé en suite à la baguette chinoise. Et finalement je suis assez contente du résultat :

Savon Elixir
Savon Elixir

La recette:

coco 30%
palme 20%
ricin 5%
saindoux 30%
colza 15%

Ajouts :

fragrance élixir 1% du PDH
argile blanche 3% du PDH
pigment organique rose, 1% du PDH

Lessive de soude pour un surgraissage à 5%

Le pigment m’a été offert par Violette, un grand merci à toi! La fragrance ne tient pas très bien à ce dosage, je pense qu’il faut au moins pousser à 2%. Le savon a ranci assez vite, dû à l’huile de colza et au saindoux je pense. très bientôt des tests sur le rancissement des savon, afin d’y voir un peu plus clair.

Reviens de loin

Pour ce savon, je souhaitais tester le savon opalin, que j’ai vu sur le blog de Colchique. Pour obtenir ce résultat, elle dilue sa soude dans une solution composée à 50% d’eau et à 50% de glycérine. je voulais également essayer un visuel à la japonaise, avec des couleurs douces et des inclusions régulières. Ce savon m’a donné bien du fil à retordre, notamment à cause du fait que je l’ai fait à la lessive de soude et non à la soude en perle, mais également à cause d’erreurs toute bêtes.

Illustration savon revien de loin
Savon revient de loin

La recette :

Partie orange foncé (250g) Partie orange clair (250g)
coco 30%
palme 30%
ricin 5%
macadamia 20%
germe de blé 15%lessive de soude pour un surgraissage à 3%Ajouts à la trace :Glycérine à poids égal avec l’eau
colorant néon rose
fragrance abricot 1% du poids des huiles
coco 30%
palme 30%
ricin 5%
macadamia 20%
colza 15%lessive de soude pour un surgraissage à 3%Ajouts à la trace :Glycérine à poids égal avec l’eau
colorant néon orange
fragrance abricot 1% du poids des huiles

Donc avec ce savon plusieurs problèmes se sont posés :

Premièrement, en mélangeant mes huiles pour la première partie, je me suis rendue compte que l’huile de germe de blé était très foncée. Mais je me suis dit « pas grave, ça partira à la saponification ». Mais en mixant avec ma soude je me suis rendue compte que ça ne s’éclaircissait vraiment pas beaucoup ! Je suis donc allé voir les tests de Kafée, et j’ai vu que l’huile de germe de blé colorait effectivement le savon en marron clair ! D’où la couleur orange du savon, malgré le colorant rose… Du coup je me suis dit qu’il fallait que je change de recette pour la deuxième partie et avoir une autre couleur. J’ai donc opté pour de l’huile de colza, avec du colorant orange, en priant très fort pour obtenir un orange foncé et un orange clair. Ce qui est arrivé ! Le dieu de la savonnerie était avec moi ce jour là.

Sauf qu’ avec l’huile de colza, la grande quantité d’eau et de glycérine, mon savon était extrêmement mou! Même après trois jours, impossible de le démouler!! Je l’ai donc passé au congélateur et attendu deux jours de plus pour le couper. Je trouve que je m’en suis pas trop mal sortie de ce côté là.

Enfin, dernier problème, l’ajout de glycérine. En effet, la glycérine augmente le pourcentage d’eau contenue dans le savon. Donc en plus d’avoir un savon mou, j’ai eu un savon qui sentait très mauvais. J’ai donc prié très fort une deuxième fois pour ce savon, et encore une fois la grâce m’a été accordée. La mauvaise odeur a disparu avec la cure.

Pour terminer, quelques photos de sa réalisation :

Illustration inclusions Illustration inclusions

Finalement je suis très contente de ce savon, il sent bon, il est bien doux, avec une mousse fine et crémeuse. Je pense que la prochaine je mettrais des barres de savon en inclusions, plutôt que des cubes, pour être sûre d’avoir des cubes dans chaque tranches. Et bien sûr, il faut que je retente le savon opalin!

Vacances à Tahiti

Voici un savon que j’aime beaucoup. Il fait partie de ma série obsessionnelle monomaniaque « je veux un marbrage one-pot à la japonaise, et je ne ferais que ça tant que je n’y serais pas arrivé! Et si je n’y arrive pas je m’assois par terre et je pleure! ». C’est (encore) un savon bleu associé à une douce odeur de monoï pour un voyage à Tahiti.

savon_marbrage_one_pot

Voici la recette :

coco 30%
palme 20%
ricin 5%
saindoux 30%
colza 15%

lessive de soude pour un surgraissage à 2%

Ajouts à la trace :

colorant Néon Bleu + quelques gouttes de Néon jaune pour obtenir du turquoise
marbrage one-pot avec incrustations de coquillages
fragrance monoï

savon_marbrage_one_pot2

La fragrance ne sent pas le monoï après la saponification, mais elle sent quand même très bon, le frais, le propre, le savon. Sinon il a une mousse bien crémeuse et bien grasse, due au saindoux. Le marbrage est assez bien réussi, mais il manque encore de légèreté par rapport à ce que j’attendais, donc mes marbrages one-pot sont à poursuivre!

Savon kiwi

Pour celui-ci je voulais à la base faire un savon complètement vert avec seulement des incrustations de boules noires. Mais quelques heures avant de le faire j’ai regardé le savon de Ppk cœur d’œillet dans la tourmente, et du coup, au moment de la confection, j’ai eu envie d’un marbrage one pot. Voici donc le résultat :

savon_kiwi

La recette (pour 500g) :

coco 30%
palme 30%
ricin 5%
colza 15%
saindoux 20%
fragrance avocat du diable 1% du poids des huiles

lessive de soude pour un surgraissage à 3%

Ajouts à la trace :

colorant néon vert dilué dans de la glycérine pour un marbrage one pot avec inclusion de billes de savon noir.

Je suis très contente de ce savon qui mousse bien, il est très crémeux et a une odeur à tomber ! Mon seul regret vient du fait que les billes noires se sont mal réparties, et certaines tranches n’en contiennent pas. Heureusement que le marbrage one pot est là pour rattraper le coup!

Savon Gin Fizz

Ce savon est mon premier savon marbré. J’ai choisi de faire deux parties de couleurs différentes avec une séparation bien droite. L’idée du gin fizz ne m’est pas venue du coktail comme on pourrais le penser, mais d’un thé! Un thé vert absolument délicieux, au gingembre et citron, qui s’appelait « Gin fizz ». Et voici ce qui est né de cette idée :

Illustration savon Gin Fizz

Partie verte :
30% Végétaline (HV coco)
5% HV ricin
50% HV olive
15% HV colza
Argile blanche 1CS
Colorant alimentaire jaune (couleur)

Lessive de soude pour un surgraissage final à 9%

A la trace :
5% de teinture alcoolique réduite de citron jaune

Partie verte :
30% Végétaline (HV coco)
5% HV ricin
50% HV olive
15% HV pépins de raisin
Argile blanche 1CS
Chlorophylle

Lessive de soude pour un surgraissage final à 9%

A la trace :
5% de teinture alcoolique réduite de gingembre

Comme je n’ai pas diluée la chlorophylle dans un peu d’eau avant de l’intégrer au savon, il y a des petits point verts, dû à des grains de chlorophylle non dissous. Sinon, la partie jaune m’a fait des volutes, les mêmes que celles de mon savon Tagade-Tsoin. Je me demande d’où elles viennent.

Pour obtenir une belle séparation bien droite, j’ai fait mon savon en deux parties : j’ai confectionné la partie jaune que j’ai coulée à trace très fine, j’ai attendu 3h qu’elle durcisse, puis j’ai confectionné la partie verte que j’ai coulée par dessus à trace très fine également.

Je suis vraiment très contente du rendu!! Il sent vraiment bon, une odeur fraîche et acidulée très discrète mais très agréable. Je pense que c’est le citron qui a principalement donné cette odeur car je n’arrive pas à déceler celle du gingembre. Son seul petit défaut à mon avis c’est qu’il fond un peu vite. Mais sinon il est vraiment très agréable.

Edit du 8 août 2014 : La chlorophylle est à éviter car elle fait rancir le savon. On peut la remplacer par de l’oxyde vert.

Savon au laurier

Après avoir testé le savon Diabolo menthe de Ppk, j’ai voulu moi aussi utiliser des herbes pour parfumer mes savons, et tester l’huile d’avocat à la trace. Je voulais également faire un savon se raprochant du savon d’Alep que j’adore, mais n’ayant pas d’huile de baies de laurier, j’ai utilisé un macérât.  Voici donc le résultat :
Illustration Savon au laurier

40% Végétaline (HV coco)
5% HV ricin
10% colza
45% olive
1CS argile verte

Lessive de soude pour un surgraissage provisoire à 5%

A la trace :
5% HV avocat pour un surgraissage final à 10%
Teinture mère de laurier

Je trouve que ce savon est réussi mais pas exceptionnel. Il est très doux, mais il a deux inconvénients : il ne sent pas très bon, une légère odeur de savon d’Alep mais pas top, et il « gratte » car j’avais légèrement humidifié l’argile qui m’a fait des petits paquets… pas très agréable. Mais quand même l’huile d’avocat c’est top, je la réutiliserai!

Savon printanier

Voici la recette d’un savon qui date de la fin de l’hiver, ou y’en a marre du froid de la pluie et du temps gris. J’ai donc fais ce savon pour faire revenir les hirondelles, bourgeonner les arbres et fleurir les prés.

L’idée m’est venue d’une recette que j’ai vu sur un blog (je ne me rappelle malheureusement pas lequel ) où la savonnière en question avait mis du colorant alimentaire bleu et avait obtenu un magnifique violet.Donc la gamine que je suis a fait son caprice « moi aussi je veux un savon violet!!! » et voilà le résultat:
Illustration Savon printanier

30% Végétaline (HV coco)
5% HV ricin
15% HV colza
50% graisse d’oie
1CS d’argile blanche
colorant alimentaire bleu 2/3 et rouge 1/3

Lessive de soude pour un surgraissage à 10%

A la trace :
fragrance Lilas blanc (Aroma Zone)

Je trouve que ce savon est très réussi! Contrairement à tous mes premiers savons, il n’est pas mou et il ne fond pas trop vite. Il s’est très bien démoulé, en revanche, l’odeur était trop faible après une cure de 4 semaines. Après quelques mois, elle a quasiment disparue, ce qui est bien dommage car c’est une odeur très agréable pour un savon. J’ai choisi cette fragrance car pour moi, le lilas est vraiment signe de printemps car c’est une des premières plantes à être en fleur lorsque je commence à retourner à la campagne.

Edit du 8 août 2014 : Les fragrances d’Aroma-Zone ne tiennent pas en savonnerie, choisissez plutôt celles de Sensory Perfection ou de Gisella Manke.

Tagada-Tsoin

En allant baver sur les savons de Jazz, j’avais vu que dans plusieurs de ces recettes, elle ajoutait à la trace de la crème fraîche. J’ai pensé que c’était une super idée, et j’ai donc essayé. De plus, comme ma mère est friande de fraises Tagada, j’ai fait un macérât alcoolique de fraises Tagada, que j’ai voulu ajouter à cette recette. Voici donc en direct, uniquement pour vous internautes, le résultat :

Illustration Savon Tagada-tsoin

25% Végétaline (HV coco)
5% HV ricin
25% HV colza
45% HV olive
2 pdc oxyde rouge
1 CS argile blanche

Lessive de soude pour un surgraissage de 10%

A la trace :
1 CS de sucre en poudre
1 CS de crème fraîche
5% (du poids total des huiles) macérat alcoolique de fraises Tagada

Autant l’annoncer tout de suite, ce savon est un de mes préférés. Il est d’une douceur incroyable. Il a vraiment quelque chose de particulier qui est dû à la crème fraîche je pense.
Il n’est pas parfait bien sûr, car il ne sent pas beaucoup la fraise Tagada, mais cette douceur particulière fait que c’est vraiment mon préféré.

Il était très mou au démoulage, sûrement à cause de la crème fraîche associée au macérât alcoolique qui ont apporté beaucoup de liquide. Je pense qu’il vaut mieux utiliser la crème fraîche lorsqu’on fait soi-même le mélange eau/soude et que l’on peut par conséquent réduire le pourcentage d’eau et le compenser par l’ajout de crème fraîche. Mais il n’était pas non plus indémoulable. Son deuxième inconvénient à mon avis est le même que tous mes autres savons, c’est à dire qu’il fond beaucoup trop vite. Ce qui est dû au faible dosage de beurres durs et à l’absence d’huile de palme.

Amandine

Pour tenir compagnie à Adam, je vous présente Amandine :
J’avais acheté en super-marché de l’arôme alimentaire d’amande amère car j’adore ce parfum. Pour coller à l’odeur, j’ai choisi des huiles en conséquences et voilà ce que ça donne :

Illustration savon Amandine

20% Végétaline (HV coco)
5% HV ricin
25% HV colza
20% HV noisette
30% HV noix
1CS d’argile blanche

Lessive de soude pour un surgraissage provisoire de 5%

A la trace :
5% HV amande douce pour un surgaissage final de 10%
arôme alimentaire d’amande amère

Le démoulage a été laborieux car le savon était très mou. Je pense que c’est dû à l’huile d’amande douce. Peut-être aussi à cause de l’arôme alimentaire car il était fait à base d’huile de tournesol, et je pense que ça a dû augmenter mon pourcentage de surgraissage. Mais bon, un petit coup au congélo et le tour est joué!

Il sentait très fort (presque trop fort) au début mais l’odeur est allée s’atténuant pendant la cure, et elle est à présent plus légère,  parfaite pour moi! Au niveau de l’utilisation, il est vraiment agréable, il mousse abondamment, et les bulles ont quelque chose de particulier, elles sont grasses je dirais. En plus de la mousse, il produit une sorte de lait un peu gras très agréable.

Son seul défaut à mon sens, c’est qu’il fond très vite. Je n’ai pas mis suffisamment de beurre dur. Pour ce genre de recette, je pense qu’il faut mettre au moins 50% de beurres durs ou une association coco/palme pour éviter ce désagrément.

Edit du 8 août 2014 : je ne fais plus de savon de ce genre car les huiles sont très sensibles au rancissement et donnent un savon mou. Ici la cure a été très courte (un mois), je n’ai donc pas eu le temps de le voir rancir.